La nouvelle montre CHANEL J12 : une histoire de secondes…

Temps de lecture : 5 minutes

 

DIX MUSES POUR UNE CAMPAGNE

 

CHANEL Horlogerie lance une campagne pour sa nouvelle montre J12. Carole Bouquet, Vanessa Paradis, Naomi Campbell, Liu Wen, Anna Mouglalis, Ali MacGraw, Claudia Schiffer, Keira Knightley et Lily-Rose Depp, sans oublier William Chan reviennent, les uns après les autres, sur un moment décisif de leur vie. Qu’il s’agisse de la seconde la plus longue d’une vie le jour d’une décision importante ou de la préparation d’un œuf à la coque dans les règles de l’art, d’un avion à prendre ou d’un taxi manqué, l’existence est une succession de rendez-vous qui ne sont pas des hasards.

Réalisés en noir et blanc par Brigitte Lacombe, les photos et les clips vidéo font la part belle au témoignage de chaque personnalité.

Naomi Campbell inaugure la campagne, avec une vidéo d’une minute où elle narre, par le menu, son rapport au temps.

 

 

Tout est depuis toujours une histoire de secondes pour une marque créée par une femme qui a su écouter son instinct. L’instinct du moment où tout se joue.

La nouvelle J12 est la montre de ces rendez-vous et l’alliée de chaque seconde. Neuf femmes iconiques livrent, le temps d’une campagne pour la plus iconique des montres CHANEL, leur expérience très personnelle d’une seconde qui a changé leur vie.

Tout est une histoire de secondes pour une femme qui sait être à l’écoute de sa vie et de ce chronomètre intime qui fait bifurquer un destin en quelques secondes.
La nouvelle J12 est la montre de cette femme-là.

 

LA NOUVELLE J12

 

La montre J12 change tout, sans rien changer.

À l’orée de ses 20 ans, la montre J12 se transforme, se métamorphose. Sans se dénaturer. Ce n’est pas une nouvelle montre J12, c’est La J12.
Celle d’aujourd’hui et de demain. Celle d’hier aussi. Une icône ne change pas, elle s’adapte au temps qui passe, le capture, le sculpte, le sublime, le comprend.

Lire l’article sur la nouvelle J12 : cliquez ici

 

NAOMI CAMPBELL

 

 

CHANEL Horlogerie Watches La nouvelle J12 Naomi Campbell Esprit de Gabrielle espritdegabrielle.com

 

« Chaque action dans laquelle j’ai décidé de m’engager est une seconde décisive. »

Naomi Campbell a 7 ans quand elle fait ses premiers pas devant la caméra dans le clip d’Is this love ? de Bob Marley. Fille d’une danseuse de ballet elle décide de suivre les pas de sa mère en allant étudier l’art du ballet à l’Italia Conti Academy Stage School de Londres, avant que sa vie ne bascule à 15 ans quand la directrice d’une agence de mannequin la remarque dans la rue.

Quelques semaines plus tard, seulement, Naomi Campbell apparaît pour la première fois en couverture d’un magazine : Elle Grande Bretagne. Le début fulgurant d’une carrière de top model couronnée par plus de 800 couvertures de magazines.

Dès lors, elle ne cesse d’enchaîner les séances photos avec les plus grands (Steven Meisel, Richard Avedon , Herb Ritts, Ellen von Unwerth, Mario Testino, Patrick Demarchelier, Peter Lindbergh…) et de multiplier les défilés notamment ceux créés par Karl Lagerfeld pour CHANEL, où elle s’impose comme l’une des figures les plus incontournables. Mannequin phare des années 90, elle devient le premier mannequin noir à apparaître sur les couvertures de Vogue Paris et du Time, édition Europe.

En parallèle de son activité de mannequin, elle tourne pour la télévision dans des séries cultes comme Cosby Show, Le Prince de Bel-Air, Absolutely Fabulous, Empire ou American Horror Story. Mais aussi pour des clips inoubliables comme Freedom ! de George Michael, Erotica de Madonna et Girl Panic de Duran Duran.

Naomi Campbell est surtout une femme guidée par le sens de l’engagement et met sa notoriété planétaire au service de nombreux projets humanitaires en collaboration avec Nelson Mandela. Quatre ans après leur première rencontre, il lui décerne en 1998 le titre de « petite fille d’honneur ».

 

ALI MACGRAW

CHANEL Horlogerie Watches La nouvelle J12 Ali MacGraw Esprit de Gabrielle espritdegabrielle.com

 

« Cette seconde où un agent a posé les yeux sur la publicité CHANEL N°5 pour laquelle je posais. Elle était affichée dans un drugstore. Il m’a demandé si je voulais faire du cinéma. Je n’avais aucune formation pour cela. La suite, vous la connaissez. »

C’est une légende du cinéma américain et plus précisément de l’un des âges d’or d’Hollywood, celui des années 60 et 70 « dominées par une liberté et un optimisme tels que rien ne paraissait impossible » comme elle le décrit si bien. Des années idéales pour aller au bout de son rêve pour cette fille de père américain d’origine écossaise et de mère d’origine hongroise. Diplômée du prestigieux Wellesley Collège, elle commence sa carrière à 22 ans au Harper’s Bazaar dirigé à l’époque par Diana Vreeland, ce qui lui vaut de croiser un jour la route de Gabrielle Chanel. Elle assiste ensuite le photographe Melvin Sokolsky au Vogue US.

Très vite, sa beauté naturelle et sa grâce lui valent de passer de l’autre côté de l’objectif. Elle devient alors un mannequin très demandé dont le look « less is more » avec peu de maquillage crée une véritable tendance chez les femmes désirant avoir une apparence naturelle.

En 1965, une publicité va changer son destin. Elle pose pour le N°5 de CHANEL, dont elle sera l’égérie jusqu’en 1971. Elle sera repérée, grâce à cette campagne, par un agent qui viendra l’aborder pour savoir si elle a envie de faire du cinéma.

Elle y fait ses premiers pas en 1968 dans Un détective à la dynamite aux côtés de Kirk Douglas et Elli Wallach. L’année suivante, elle interprète son premier rôle important dans Goodbye, Colombus, adapté d’un recueil de nouvelles de Philip Roth, sélectionné à la Mostra de Venise pour lequel elle remporta le Golden Globe Award de la révélation féminine la plus prometteuse. En 1970 son rôle dans le bouleversant mélodrame d’Arthur Hiller, Love Story lui vaut le Golden Globe de la meilleure actrice et une nomination à l’Oscar. Le film connaît un triomphe dans le monde entier et le couple qu’elle forme à l’écran avec Ryan O’Neal devient mythique. Ali MacGraw enchaîne alors avec un autre film culte, Guet-Apens,le polar nerveux de Sam Peckinpah où elle rencontre Steve McQueen qu’elle épouse en 1973. Elle se fait dès lors plus discrète sur grand écran où elle retrouve cependant Peckinpah pour Le Convoi en 78 et travaille sous la direction de Sydney Lumet dans Just Tell Me What You Want en 1980.

Les années suivantes la conduisent vers le petit écran avec la série Dynastie, à Broadway où elle fait ses grands débuts à 67 ans en 2006 avec la pièce Festen, et en 2016 Love Letters en compagnie de Ryan O’Neal. Auteur d’une autobiographie Moving Pictures, qui a bouleversé le monde entier, cette femme libre, très engagée pour les droits des animaux, vit depuis des années à Santa Fe au Nouveau Mexique, loin de l’agitation d’Hollywood.

 

Mention obligatoire : © espritdegabrielle.com
Crédits photos & vidéos : © CHANEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.